Devra-t-on bannir les pétroliers à double-coques ?

Devra-t-on bannir les pétroliers à double-coques ?

 

Le transport du pétrole par mer ne date pas d’hier.

On dit que les grecs avaient déjà chargé des schistes bitumineux en –670.

Plus près, il semble que le premier navire à transporter du pétrole directement dans des citernes et non plus en barils soit le Elizabeth Watts qui a quitté Philadelphie en 1861.

En un siècle et demi, tout a changé, tant en taille qu’en améliorations techniques et sécuritaires : turbines remplacées par des moteurs diesel, systèmes « gaz inerte » en étant les principales.

Plus récemment, la convention MARPOL de 1992, établie à la suite du naufrage de l’Erika, a rendu obligatoire l’utilisation des double-coques, pour bannir définitivement les coques simples en 2015.

Comme d’habitude, ce sont les États-Unis qui ont donné le « la » en interdisant tout simplement dans leurs ports les pétroliers à coque unique. Tout le monde a suivi (190 pays ont ratifié la convention)

La quasi totalité du tonnage commercial supérieur à 5 000 tpl est donc en double-coques.

Presque tout le monde a loué cette disposition, destinée à éviter les catastrophes environnementales  ayant marqué ces dernières décennies.

Mais ces dispositions sont-elles si sûres et utiles qu’on le croit ?

On peut en effet avoir des doutes :

-Les qualités d’acier utilisées sont poreuses, mêmes si c’est infime. L’espace entre les coques peut se révéler très dangereux au bout d’un certain temps, par accumulation des gaz/vapeurs.

Il est de plus difficile à entretenir.

Assez régulièrement, il y a des explosions lors de travaux en cale sèche ; s’il n’y a pas de morts, on n’en parle pas…Mais à quand l’explosion spontanée en mer ?

-On a déjà relevé à plusieurs reprises des micro-fissures sur des navires récents.

-Si on a augmenté le tonnage, l’épaisseur de l’acier n’a pas toujours augmenté de façon corrélative : un minimum de 2,7cm et un maximum qui ne semble pas dépasser 3 cm.

De plus, les chantiers chinois, de plus en plus compétitifs, utilisent souvent des aciers de qualité médiocre ; tous les armateurs sérieux le savent et ont sur place un représentant permanent, ou un ingénieur qui effectue des visites régulières pour contrôler matériaux et travail.

Quid des autres ?

Sont-ils maintenant propriétaires de navires d’un standard inférieur ?

-Augmentation sensible du poids du pétrolier…et de son coût.

-Augmentation de la « fatigue » de la coque en raison des dimensions.

-Et surtout, on ne peut pas éviter les fortunes de mer, connues pour pouvoir casser en deux des mastodontes ; un « black-out » ou une erreur de navigation peut précipiter le navire sur un récif, ne lui laissant aucune chance, double-coque ou pas. Le récent exemple du paquebot Costa Concordia en est hélas l’illustration : malgré son double fond, à défaut d’une double coque, l’eau a envahi les cales, provoquant le désastre que l’on sait.

Devra-t-on bannir les double-coques avant ou après la première catastrophe ?

 

Sébastien d’Aurade

2012

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×